L'association des maires de France a raison de rappeler les maires à l'ordre sur le respect de la laïcité

L'association des maires de France vient de publier un vade-mecum rappelant à tous les maires les principes de la laïcité, les dispositions de la loi de 1905, et les appelant à plus de neutralité. C'est une mesure bienvenue, tant sont nombreuses les violations de la loi commises par les élus eux-mêmes. Pourtant, ce rappel à la loi n'est visiblement pas du goût de tout le monde. Voici quelques réponses à ceux qui ne voient pas le problème des crèches dans les mairies et qui pensent que les retirer relèverait du totalitarisme ou de la négation de l'histoire.

Le but de la laïcité, c'est de garantir à tous les citoyens une égale liberté de penser, de croire ce qu'ils veulent, et de pratiquer (ou pas) la religion qu'ils veulent. Pour atteindre ce but, l'état doit être d'une neutralité absolue vis-à-vis de toutes les croyances et non-croyances. Il doit respecter tous les cultes, toutes les philosophies, toutes les manières de vivre sans culte ni philosophie, et ne doit en favoriser aucun. Les élus peuvent croire et pratiquer ce qu'ils veulent en privé, mais pas dans l'exercice de leur fonction, car dans ce cas ils représentent l'état français, qui doit rester neutre.

A chaque fois qu'une mairie ou que toute autre institution républicaine accueille une crèche ou toute autre représentation religieuse, à chaque fois qu'un maire va prier à la messe ou participe à une bénédiction d'un navire ou d'un lieu avec son écharpe tricolore, à chaque fois qu'un ministre se rend es qualité à une béatification, à chaque fois qu'un président de la République va baiser les pieds du pape et se fait nommer chanoine de Latran, il fait ostensiblement la promotion du catholicisme, il divise les français en fonction de leurs croyances et affiliations, disant implicitement que la bonne manière d'être français, c'est d'être catholique, et traitant implicitement tous les non-catholiques comme des citoyens de seconde zone. En bref, il viole la liberté de conscience des citoyens et il enfreint la loi de 1905.

L'épisode des crèches dans les mairies est totalement anecdotique, ce n'est qu'un cas parmi bien d'autres de violation de la laïcité, mais ce n'est pas parce qu'une crèche a l'air en soi inoffensive que l'on doit pour autant tolérer  la violation d'un principe fondamental qu'elle constitue. Une crèche dans une mairie dit à tous les citoyens qui rentrent dans la mairie: "Ici, on est catholique". Et que les autres citoyens aillent se faire foutre. Il existe 45000 églises en France (plus que de communes), ça fait largement assez d'espace pour y raconter les histoires de Jésus, pas besoin de coloniser les mairies au mépris de la liberté de conscience des citoyens. Donc que les élus commencent par apprendre et appliquer la loi, et s'abstiennent d'imposer leurs croyances aux autres.

Personne n'a donc proposé d'interdire les crèches: il existe suffisamment de lieux de culte et de lieux privés pour les accueillir. Personne n'a même proposé d'interdire les crèches dans tous les lieux publics. Il faut arrêter d'entretenir la confusion entre les lieux publics et l'état français. La loi de 1905 s'applique à l'état, à ses dépendances et à ses représentants, et à eux seuls. Tous les lieux émanant de l'état (et des collectivités locales) sont donc soumis à l'obligation de neutralité, mais eux seuls. De nombreux lieux publics ne dépendent pas de l'état: lieux de culte et leurs terrains bien sûr, mais aussi salles de spectacle privées, centre commerciaux, entreprises, écoles et crèches privées, même la plupart des transports en commun ne sont pas sous gestion étatique. Leurs propriétaires ou responsables sont libres d'y exposer ce qu'ils veulent, ils ne sont pas soumis à la loi de 1905.

Dans le même ordre d'idée, tous les citoyens ont le droit de faire ce qu'ils veulent, de manifester leurs croyances comme ils le veulent (dans le respect des lois et de l'ordre public) et de s'habiller comme ils veulent, tant qu'ils ne sont pas des représentants de l'état dans l'exercice de leurs fonctions. Ce qui montre que tout le débat autour du voile est un détournement de la laïcité. Vouloir interdire le voile aux femmes musulmanes, c'est une mesure politique destinée à harceler les musulmans, ça n'a rien à voir avec la laïcité définie dans la constitution et dans la loi de 1905. Le concept de laïcité ne s'applique tout simplement pas aux citoyens, hormis les représentants de l'état dans l'exercice de leurs fonctions. Il faut donc arrêter de caricaturer la laïcité.
 
Personne n'a proposé non plus de réécrire l'histoire. Le rôle du christianisme en France n'a aucune raison de disparaître des livres d'histoire (avec toutes ses grandes oeuvres, comme l'inquisition ou la Saint-Barthélémy...). Et même si on ne lit pas les livres d'histoire, avec une église à chaque coin de rue, on n'est pas près de l'oublier.

Mais respecter l'histoire n'implique pas que la république doive faire ostensiblement la promotion d'un culte particulier. Respecter l'histoire, c'est se souvenir de tous les français qui ont été tués, torturés ou bannis parce qu'ils voulaient simplement penser différemment de l'église catholique. Et c'est être conscient de tous les gens dans le monde qui continuent actuellement à être tués, torturés ou bannis parce qu'ils ne veulent pas penser comme on leur dit de penser. Respecter l'histoire, c'est apprécier de vivre aujourd'hui, en France, dans une république qui garantit à chacun sa totale liberté de conscience. Et par conséquent c'est respecter les lois qui nous garantissent cette liberté.

PS: pour ceux qui tiennent à défendre la loi de 1905 qui garantit la neutralité de l'état, il n'y a qu'une chose à faire, il faut adhérer à la Libre Pensée. C'est la seule association en France qui utilise ses ressources pour attaquer au tribunal administratif l'état et ses représentants à chaque violation constatée. C'est d'ailleurs elle qui a attaqué avec succès l'année dernière le conseil général de Vendée pour la crèche hebergée dans ses locaux. L'état ne mettant aucun zèle à faire respecter la loi de 1905 et s'appliquant même à l'enfreindre à tous les échelons, seule la vigilance de la Libre Pensée permet de sanctionner les violations de la loi et d'endiguer l'envahissement religieux et communautariste.

Libellés : ,